NeuroMotrix

Agir pour prévenir les chutes

Agir pour prévenir les chutes

Information tirée de Ambrose (2013), Gillepsie (2012) et U. S. Preventive Services Task Force (2018)

Les chutes, une réelle menace à la santé et la qualité de vie

Chez les 65 ans et plus, une personne sur trois fera une chute dans l’année. Pensez-y, au cours de l’année qui se termine, un tiers des aînés auront chuté au moins une fois! C’est beaucoup!

Bien que la majorité des chutes ne soient pas fatales, elles ont des impacts importants sur la vie des personnes qui vivent un tel incident. Une chute peut provoquer des ecchymoses, des lacérations, certainement des douleurs, mais aussi des blessures plus graves comme une fracture ou une commotion cérébrale. Chez les personnes âgées qui sont d’emblée plus fragiles en raison des effets du vieillissement, un tel traumatisme peut mener à de graves conséquences. D’ailleurs, dans la population âgée, les chutes sont la cause première de décès non lié à une maladie.

En plus de compromettre leur santé physique par des blessures dont la gravité peut varier, les personnes qui chutent vivent souvent avec des douleurs qui peuvent devenir chroniques et développent une peur de bouger qui les rend sédentaires. À elle seule, la sédentarité est un risque pour la santé : Le cercle vicieux de la sédentarité, un risque pour la santé!

Êtes-vous à risque de chute?

Si vous êtes âgés de 65 ans et plus, déjà vos risques sont accrus par rapport au reste de la population. Les changements physiologiques associés au vieillissement normal augmentent naturellement les risques de chuter. Perte de masse et de force musculaire, réduction de la vitesse de réaction, diminution des capacités cardiovasculaires, perte de souplesse et de coordination, problème de vision et déclin des fonctions cognitives sont parmi les facteurs qui augmentent les risques.

De plus, si vous vivez avec une condition de santé particulière, que ce soit un trouble neurologique, un problème cardiaque, de l’hypertension, du diabète, de l’arthrose, une dépression ou un trouble cognitif, pour ne nommer que celles-ci, vous êtes encore plus à risque de chute. En effet, ces problèmes de santé sont associés à des changements posturaux, une altération de l’équilibre, des faiblesses musculaires et une plus grande sédentarité qui ne fait qu’accentuer les risques. Il est à noter que la prise de certains médicaments peut, elle aussi, exacerber les risques de chute. Bref, une santé diminuée réduit la capacité à se déplacer de façon efficace et sécuritaire.

De l’exercice pour prévenir les chutes et leurs conséquences

Heureusement, il existe des moyens de réduire ces risques. Au cours des dernières années, la communauté scientifique s’est penchée sur la question de la prévention des chutes et l’on est en mesure aujourd’hui de mieux cibler les interventions qui portent fruits.

Parmi celles qui ont été étudiées et mises en place, l’activité physique a démontré le plus d’effets positifs. C’est ce qu’a révélé un tout récent article de l’ U. S. Preventive Services Task Force (2018), qui concorde avec une revue systématique publiée dans Cochrane en 2012. Il est vrai que d’autres types d’interventions, incluant l’adaptation du milieu de vie, les interventions nutritionnelles et ophtalmologiques, l’éducation et le suivi psychologique, permettent elles aussi de réduire le risque de chuter. Néanmoins, l’activité physique demeure le premier choix, car elle est la seule intervention qui permet de réduire à la fois le nombre de chutes et leurs conséquences néfastes. Meilleure est la condition physique de départ, meilleur sera le corps à réagir en cas de déséquilibre, et moins graves seront les conséquences d’une chute si elle devait arriver.

Seul ou en groupe, il faut être actif

Les exercices de marche, d’équilibre et de renforcement ont montré leur efficacité. Les programmes d’exercices qui sont pratiqués à la maison ou dans la communauté, le plus souvent en groupe, s’avèrent bénéfiques. L’important est de bouger, de renforcer ses muscles et d’améliorer son équilibre. La marche, combinée à différents exercices d’équilibre et de coordination, est certainement la façon la plus simple et la plus efficace d’y arriver. Or, le faible niveau d’activité physique observé chez les personnes âgées indique qu’un grand nombre d’entre elles se placent dans une situation à haut risque de chute, alors qu’avec de simples actions, elles pourraient renverser la vapeur. Mais simple ne veut pas dire facile! Les obstacles à l’activité sont nombreux, on le sait, mais les avantages sont si grands qu’il vaille la peine d’y investir temps et énergie. Le simple fait d’avoir des jambes plus fortes, des muscles qui réagissent bien aux perturbations et une meilleure posture améliore l’équilibre, l’efficacité de la marche et la confiance en soi!

Vous voulez vous aussi réduire vos risques de chutes? Venez essayer les Ateliers de marche intérieure de NeuroMotrix!

  • Conçu et supervisé par un kinésiologue spécialisé en trouble neurologique
  • Exercices de marche, d’équilibre, de coordination et d’endurance pratiquée à l’intérieur, dans un environnement sécuritaire
  • Vous sortirez marcher en toute confiance quand reviendra le printemps!
  • 4 séances GRATUITES en janvier, profitez-en!

Ambrose, A. F., et al. (2013). « Risk factors for falls among older adults: A review of the literature. » Maturitas 75(1): 51-61.

Gillespie, L. D., et al. (2012). « Interventions for preventing falls in older people living in the community. » Cochrane Database of Systematic Reviews (9).

U.S. Preventive Services Task Force (2018). « Interventions to prevent falls in community-dwelling older adults: US preventive services task force recommendation statement. » JAMA 319(16): 1696-1704.

Fermer le menu