Paralysie supranucléaire progressive

La maladie

La paralysie supranucléaire progressive (PSP) est une maladie neurodégénérative qui affecte les régions liées à la cognition, les mouvements des yeux, la posture, ainsi que le contrôle de la marche et de l’équilibre. Les causes de la PSP ne sont présentement pas connues mais des facteurs génétiques et environnementaux ont été proposés. Lors de l’apparition des symptômes, la PSP peut souvent être confondue avec la maladie de Parkinson, bien leur progression soit bien différente et que les médicaments efficaces pour traiter la maladie de Parkinson ne soient que marginalement efficace pour traiter la PSP.

Les symptômes

Les symptômes principaux de la maladie sont une ophtalmoplégie supranucléaire (fixité et réduction du champ visuel surtout vertical), paralysie pseudo-bulbaire (troubles moteurs au niveau de la bouche, la gorge et la langue), dystonie au niveau du cou, parkinsonisme (rigidité et bradykinésie), troubles comportementaux (ex. apathie) et cognitifs, ainsi que des problèmes au niveau de la marche qui entraînent des pertes d’équilibre et des chutes (réduction des réflexes posturaux). L’instabilité posturale et les chutes sont les aspects les plus handicapants pour les personnes atteintes de PSP.

D’autres symptômes peuvent aussi être présents comme de la dystonie au niveau des membres, des blépharospasmes (contractions répétées au niveau des paupières), de l’apraxie motrice asymétrique, de l’apraxie progressive du langage, de l’aphasie, une incontinence urinaire, et une photophobie. Il est important de noter qu’il y aura une grande variabilité dans la présentation et l’intensité des symptômes d’un patient à un autre.

L’exercice et la maladie

Bien qu’il y ait un besoin urgent d’obtenir plus d’informations sur les options optimales pour la réadaptation des personnes atteintes de la PSP, il n’existe que très peu d’études scientifiques sur le sujet. Les quelques études de cas qui ont été publiées à ce jour sont cependant très clair sur un point : un programme d’exercice adapté est bénéfique à court et à long terme [1,2]. Un programme d’activité physique adapté permet une amélioration des transferts d’une position couchée à assise et d’une position assise à debout [3] ainsi que la marche [3,5,6,7,8], l’équilibre [5,8], la performance des activités de la vie quotidienne [3] et entraîne un diminution des chutes [3,5]. Un suivi personnalisé NeuroMotrix vous permettra d’obtenir des résultats optimaux à court et long terme.

Laissez-nous le soin de vous développer un programme qui s’adresse aux défis que pose votre état de santé et ressentez les bienfaits d’être actif!

Entraînez-vous avec NeuroMotrix

Sources

[1] Steffen et al (2007) Long term locomotor training for gait and balance in a patient with mixed progressive supranuclear palsy and corticobasal degeneration. Phys Ther. 87:1078–1087.

[2] Steffen et al (2014) Long-term exercise training for an individual with mixed corticobasal degeneration and progressive supranuclear palsy features: 10-year case report follow-up. Phys Ther. 94:289–296.

[3] Ashol et al (2013) Physiotherapy management for progressive supra-nuclear palsy. Int J Physioth Res 2013(2):41-45.

[4] Sale et al (2014) Effects of robot assisted gait training in progressive supranuclear palsy (PSP): a preliminary report. Front. Hum.Neurosci. 8:207.

[5] Suteerawattananon et al (2002) Supported treadmill training for gait and balance in a patient with progressive supranuclear palsy. Phys Ther. 82:485–495.

[6] Sosner et al (1993) Progressive supranuclear palsy: clinical presentation and rehabilitation of two patients. Arch Phys Med Rehabil. 74:537–539.

[7] Izzo et al (1986) Rehabilitation in progressive supranuclear palsy: case report. Arch Phys Med Rehabil. 67:473–476.

[8] Suteerawattananon et al (2002) Supported treadmill training for gait and balance in a patient with progressive supranuclear palsy. Physical Therapy . 82(5):485-495.

La solution en entrainement pour les personnes atteintes de troubles neurologiques