Sclérose en plaques

La maladie

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie neurologique chronique affectant la gaine de myéline des fibres nerveuses de la substance blanche du cerveau. La perte de cette gaine de myéline cause un ralentissement de la transmission nerveuse, ce qui entraîne une diminution de la réponse motrice pouvant aller jusqu’à une inhibition complète de certains membres du corps. L’âge moyen auquel apparaissent les premiers symptômes est de 30 ans. Les femmes sont près de deux fois plus à risque de développer la maladie.

Les symptômes

Plusieurs symptômes moteurs sont présents chez les personnes atetintes de  la SEP comme des engourdissements, une faiblesse dans un ou plus d’un membre, une fatigue anormale, des tremblements, des difficultés à contrôler ses mouvements, des pertes d’équilibre, des troubles de paroles (dysarthrie), l’ataxie cérébelleuse, etc.

La SEP se présente sous quatre différentes formes et les symptômes varient en fonction de celles-ci:

  • La forme bénigne: Elle ne s’aggrave pas avec le temps et n’entraîne pas de handicap permanent.
  • La forme récurrente rémittente: Elle est caractérisée par des épisodes de poussées et de rémissions. Durant ces dernières, les symptômes ne se résorbent pas complètement menant à des incapacités dont la sévérité varie d’une personne à l’autre. Les poussées sont plus fréquentes, souvent plus sévères que dans la forme bénigne et croissent d’un épisode à l’autre.
  • La forme secondaire progressive: Dans cette forme, les poussées sont plus sévères, les rémissions sont incomplètes et s’écourtent pour éventuellement disparaître. La condition des personnes atteintes se détériore graduellement résultant en une accumulation de signes et symptômes neurologiques. L’évolution de la maladie est régulière et progressive.
  • La forme primaire progressive: La maladie débute avec apparition lente, mais progressive, des déficits neurologiques. Il n’y a pas d’épisodes de poussées dans cette forme. Les problèmes apparaissent graduellement et s’amplifient avec le temps. C’est la forme la plus agressive de la maladie.

L’exercice et la maladie

Il a été démontré que l’activité physique chez les personnes atteintes de la SEP a des effets positifs notamment sur l’équilibre, la marche, la dépression et la fatigue [1]. Un plan adapté permet de retarder l’apparition de certains symptômes et de préserver l’autonomie permettant ainsi d’améliorer la qualité de vie des personnes atteintes de SEP. En suivant un entraînement cardiovasculaire et de musculation, il est possible d’améliorer ses capacités à l’effort, la qualité de vie et la résistance à la fatigue après une période de 3 à 6 mois [2, 3]. Étant donné la variabilité des symptômes et des phases de la maladie, un suivi personnalisé NeuroMotrix vous permettra de mieux répondre à ces besoins spécifiques.

Laissez-nous le soin de vous développer un programme qui s’adresse aux défis que pose votre état de santé et ressentez les bienfaits d’être actif!

Entraînez-vous avec NeuroMotrix

Sources

  1. Motl, R.W. and B.M. Sandroff, Benefits of Exercise Training in Multiple Sclerosis. Curr Neurol Neurosci Rep, 2015. 15(9): p. 585.
  2. McCullagh, R., A.P. Fitzgerald, R.P. Murphy, and G. Cooke, Long-term benefits of exercising on quality of life and fatigue in multiple sclerosis patients with mild disability: a pilot study. Clin Rehabil, 2008. 22(3): p. 206-14.
  3. Kerling, A., K. Keweloh, U. Tegtbur, M. Kuck, L. Grams, H. Horstmann, and A. Windhagen, Effects of a Short Physical Exercise Intervention on Patients with Multiple Sclerosis (MS). Int J Mol Sci, 2015. 16(7): p. 15761-75.

 

La solution en entrainement pour les personnes atteintes de troubles neurologiques