Un mode de vie actif favorise un corps en santé, ce qui inclut bien sûr le cerveau, cet organe à la fois si complexe et si fragile qui assure le fonctionnement cognitif de l’être humain. Le 10e Sommet Québécois sur l’AVC a décrit les avancées récentes concernant les effets de l’activité physique sur les fonctions cognitives et la prévention des accidents vasculaires-cérébraux.

En vieillissant, les capacités cognitives telles que la mémoire, l’attention et les fonctions exécutives qui comprennent notamment la planification et la résolution de problèmes, commencent à décliner. Il y a des changements qui se produisent dans le cerveau; des structures importantes commencent à s’atrophier. L’activité physique est une stratégie qui peut être utilisée pour aider à prévenir et à gérer ce déclin.

 

Le meilleur type d’exercices pour la santé cognitive

Un excellent exercice pour la santé des structures cérébrales est celui de type aérobie, car il augmente le flux sanguin vers le cerveau, accroît les facteurs de croissance du cerveau et réduit l’inflammation. Il s’agit de toutes les formes d’exercices qui provoquent une accélération de la fréquence cardiaque, un certain essoufflement et une sensation de chaleur corporelle qui peut faire transpirer. Par exemple, la marche et la course à pied, le vélo, la natation, l’elliptique et la danse sont des activités qui entrent dans cette catégorie. Les changements induits par la pratique d’une activité physique aérobie peuvent conduire à des améliorations de la mémoire et des fonctions exécutives.

Les exercices de renforcement musculaire sont aussi très favorables à la santé du cerveau. Ce type d’exercices produit des phénomènes chimiques qui augmentent la libération de substances dans le cerveau tels qu’une protéine appelée le facteur neurotrophique dérivé du cerveau et d’autres neurotransmetteurs, induisant ainsi des changements structurels et fonctionnels qui améliorent la cognition. Les exercices de renforcement musculaire peuvent être réalisés avec très peu ou même sans aucun de matériel, pensons notamment aux fentes et aux squats, aux push-ups et à la planche abdominale.

Les deux types d’exercices sont donc recommandés pour la santé du cerveau. Il ne faut que quatre semaines d’arrêt d’activité physique pour que ces effets disparaissent! Mais il ne faut que quelques séances pour retrouver les bienfaits. La régularité et le maintien à long terme sont très importants.

Comment l’activité physique peut-elle être utilisée pour la prévention et la gestion des AVC?

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque le flux sanguin vers le cerveau est interrompu par un blocage (AVC ischémique), ou lorsque le flux sanguin est interrompu par une artère du cerveau qui s’est affaiblie, qui se rompt et commence à saigner (AVC hémorragique). Bien que l’AVC ischémique soit plus fréquent, les deux peuvent causer de sévères dommages au cerveau.

Il existe cinq principaux facteurs de risque qui peuvent mener à un AVC :

  1. L’hypertension artérielle
  2. L’hypercholestérolémie
  3. Le diabète de type 2
  4. Le tabagisme
  5. Un accident ischémique transitoire antérieur

L’activité physique peut être utilisée comme stratégie de prévention des accidents vasculaires cérébraux, car elle a un effet bénéfique sur les trois premiers facteurs de risque. En effet, l’activité physique est un excellent traitement pour l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et le diabète de type 2. Combiné à un traitement pharmacologique, sa pratique permet de prévenir ces maladies ou de les contrôler lorsqu’elles sont présentent. Le sevrage tabagique et l’éducation sur les AVC sont aussi des stratégies à mettre en place pour éviter la survenue d’un AVC ou une récidive.

 

Recommandations en activité physique à la suite d’un AVC

Une combinaison d’activité physique de type aérobie et renforcement est recommandée après un AVC. Le délai entre l’AVC et le début de la pratique d’exercices peut être aussi court qu’une semaine, mais à cette étape, les séances doivent être guidées par l’équipe médicale. Elles ont pour but de retrouver la mobilité. Après quelques semaines ou mois, des séances plus longues et plus complètes peuvent être introduites dans la routine.

Des séances de type aérobie structurées de plus de 20 minutes et 3 fois par semaine sont recommandées. Il est important de prévoir un échauffement et d’augmenter progressivement la durée et l’intensité de la séance d’exercice. L’intensité prescrite de la séance dépend de la santé cardiaque et neurologique de la personne, ainsi que de la durée des séances prévues. L’intensité de l’activité physique peut être légère, modérée ou vigoureuse. Il est important de faire appel à un professionnel de la santé en activité physique, un kinésiologue, pour bien comprendre la perception d’effort et choisir l’intensité adéquate.

Des séances d’activité physique de renforcement sont recommandées 2 à 3 fois par semaine. Il est important de permettre aux muscles de récupérer, c’est pourquoi il est conseillé d’attendre 48 heures entre chaque séance de renforcement. Le nombre de répétitions devrait être compris entre 8 et 15 pour 1 à 4 séries. La fréquence, la durée et l’intensité des séances devraient augmenter progressivement.

 

Stratégies de mise en œuvre d’un programme d’activité physique

Voici quelques stratégies qui ont été recommandées au 10e Sommet Québécois sur l’AVC pour aider à améliorer et à maintenir l’adhésion à un programme d’activité physique pour la gestion des AVC:

  • Déterminez votre disposition et votre volonté de changer. Avez-vous toutes les informations dont vous avez besoin pour adopter un changement dans vos habitudes de vie? Considérez les avantages et les inconvénients puis établissez un plan d’action.
  • Fixez-vous des objectifs qui vous mettent au défi tout en étant réalistes. Par exemple :

« Je vais prendre une marche pour 30 minutes 3 fois par semaine. »

« Je vais faire 20 minutes d’exercices de renforcement 2 fois par semaine »

  • Soyez prêt et participez activement : mettez vos séances à votre agenda, ayez une bouteille d’eau, des vêtements d’exercice, choisissez de la musique que vous écouterez pendant vos entraînements, etc.
  • Impliquez votre famille pour vous aider à atteindre vos objectifs. Ils pourraient même participer à vos séances d’exercices avec vous!
  • Faites des exercices en groupe, cela sera bénéfique pour votre santé physique et mentale.

 

Sources :

https://www.heartandstroke.ca/stroke/what-is-stroke

ACSM’s Guidelines for Exercise Testing and Prescription, 2017

MacKay-Lyons, M, 10e Sommet québécois sur l’AVC, 30 octobre 2020

MacKay-Lyons, M., S. A. Billinger, J. J. Eng, A. Dromerick, N. Giacomantonio, C. Hafer-Macko, R. Macko, E. Nguyen, P. Prior, N. Suskin, A. Tang, M. Thornton and K. Unsworth (2020). « Aerobic Exercise Recommendations to Optimize Best Practices in Care After Stroke: AEROBICS 2019 Update. » Phys Ther 100(1): 149-156.

 

Commentaires





Add a comment