L’adoption de saines habitudes de vie peut faire une réelle différence sur la santé et la qualité de vie des personnes qui vivent avec la sclérose en plaques (SP). La base est simple: bonne alimentation, activité physique régulière, sommeil réparateur et relations sociales. La science a déjà mis en évidence les effets positifs de l’activité physique sur les symptômes et sur la qualité de vie des personnes atteintes de troubles neurologiques, notamment celles qui ont la SP. Et même si cela est vrai pour la population générale, le fait de vivre avec une maladie est une raison de plus de viser à bouger plus et mieux.

 

L’activité physique à favoriser pour la sclérose en plaques 

 

La pratique d’une activité physique ne veut pas nécessairement dire l’exécution d’exercices physiques. En effet, une activité physique signifie tout mouvement effectué par une personne qui l’amène à bouger son corps. Elle peut être réalisée dans le cadre d’activités de la vie quotidienne, comme lorsque l’on passe le balai ou que l’on marche pour aller au bureau, ou d’une activité qui vise à réaliser des exercices physiques spécifiques, comme lorsque l’on fait du vélo stationnaire ou que l’on soulève des haltères. Les exercices physiques sont des mouvements que l’on exécute de façon répétitive, souvent plusieurs fois de suite et à une fréquence assez régulière, dans le but d’améliorer sa condition physique ou sa santé globale. Les exercices physiques sont une excellente, mais pas la seule, façon d’intégrer l’activité physique dans sa vie.

 

Évidemment, il est normal de se demander souvent quels exercices sont les plus bénéfiques et quelles sont les recommandations spécifiques pour certaines conditions de santé. Des chercheurs (Reina-Gutiérrez, S et al., 2021) se sont récemment penchés sur la question et ont publié une méta-analyse, c’est-à-dire une analyse des résultats d’une série d’études, 45 dans ce cas-ci, qui conclut que les exercices de type sensorimoteurs sont ceux qui améliorent le plus la qualité de vie des personnes atteintes de la SP. Ces 45 études regroupaient un total de 2428 participants dont 76% étaient des femmes âgées et l’âge moyen de 45 ans. Cinq types d’activités physiques ont été évalués:

 

  1. Les exercices de type aérobie; activité qui augmente la fréquence cardiaque et respiratoire
  2. Les exercices en résistance; renforcement musculaire, avec charge ou poids du corps
  3. Les exercices combinés; de type aérobie et en résistance
  4. Les exercices sensorimoteurs; équilibre, proprioception et coordination
  5. Les exercices de contrôle du corps et de l’esprit; yoga, pilates, etc.

Les résultats ont démontré que les exercices sensorimoteurs, de type aérobie et de contrôle du corps et de l’esprit obtenaient les meilleurs scores quant à l’amélioration de la qualité de vie des personnes atteintes de la SP.

 

Les exercices sensorimoteurs en tête! 

Parmi les participants aux études qui étaient atteints d’une forme modérée de la maladie, qui représentaient la majorité des études, les exercices sensorimoteurs se sont avérés les plus efficaces pour améliorer la qualité de vie.

 

Les exercices sensorimoteurs ont pour spécificité de stimuler autant le système sensoriel que le système moteur. Bien que ces deux systèmes soient constamment stimulés lorsque l’on bouge, il est possible de les entraîner à devenir meilleurs en provoquant certaines perturbations qui vont forcer le corps à s’ajuster. On y travaille l’équilibre, la proprioception et la coordination. Le simple geste de lancer une balle au mur et de la rattraper est un bon exemple d’exercice sensorimoteur. Il exige de l’équilibre puisque le mouvement des bras fait bouger le corps vers l’avant et vers l’arrière. Pour certaines personnes, cela est facile, on recommanderait alors de faire l’exercice sur un coussin ou même sur un seul pied, mais pour d’autres, il y a un certain défi à maintenir une stabilité tout en bougeant les bras dans des gestes d’une grande amplitude. Cet exercice travaille aussi la proprioception, qui se définit comme le fait de percevoir la position des différentes parties de son corps, dans l’espace et les unes par rapport aux autres. En effet, on doit entraîner son corps et ses différentes parties à bien se positionner pour exécuter un moment précis et efficace. Et finalement, cet exercice exige également de la coordination puisqu’il faut coordonner les gestes moteurs et les ajustements posturaux de façon à pouvoir lancer et rattraper la balle sans tomber.

Pour consulter une série d’exercices sensorimoteurs:

Version assise → Exercices sensorimoteurs – assise

Version debout → Exercices sensorimoteurs – debout

…avec quelques nuances  

 

Chez les personnes qui vivaient avec une forme sévère de la maladie, les exercices de type aérobie semblent avoir des effets plus bénéfiques sur la qualité de vie. Les chercheurs mentionnent que cette différence peut s’expliquer par la nécessité d’avoir, à la base, une bonne capacité aérobie et une certaine endurance musculaire pour profiter des bienfaits de tout type d’exercice.

La pratique d’exercices variés, qu’ils visent le développement de l’équilibre, des capacités cardiovasculaires, de la force musculaire ou autre, est essentielle pour maintenir les capacités physiques et la santé globale. Même si certains exercices s’avèrent scientifiquement plus bénéfiques que d’autres, choisir des activités physiques qui sont à la fois agréables et sécuritaires demeure la meilleure stratégie à adopter. Le plus important reste de bouger, idéalement tous les jours, dans le respect de ses limites, et dans le plaisir.

Si vous ou un proche avez besoin d’encadrement ou de motivation pour débuter un programme d’exercices qui respecte votre condition de santé, il est recommandé de vous faire accompagner par un kinésiologue de NeuroMotrix qui pourra vous offrir le meilleur service adapté.

Références:

Reina-Gutiérrez, S., Cavero-Redondo, I., Martínez-Vizcaíno, V., Núñez de Arenas-Arroyo, S., López-Muñoz, P., Álvarez-Bueno, C., Guzmán-Pavón, M. J., & Torres-Costoso, A. (2021). The type of exercise most beneficial for quality of life in people with multiple sclerosis: A network meta-analysis. Annals of physical and rehabilitation medicine, 65(3), 101578. Advance online publication.

Commentaires





Add a comment